Retour

23/06/2016

Le long voyage de l'abricot

Le long voyage de l'abricot

Ce n’est pas pour rien que les romains l’appelaient praecoquum, le fruit précoce. L’abricot est en effet le premier fruit véritablement estival à mûrir sous nos contrées. À la mi-juin, comme aujourd’hui, la saison bat même son plein et s’achèvera au milieu de l’été. Comme la pêche dont nous parlerons bientôt, l’abricot fait partie du genre prunus et c’est en Chine qu’il est né. Largement présent à l’état sauvage dans le vaste pays, on le trouve également en Corée et au Japon, il est cultivé par les chinois depuis deux millénaires. Le petit fruit de soleil a pris ensuite la route de l’occident, passant par l’Iran, l’Arménie pour trouver sur les bords de la Méditerranée un espace propice à sa culture, on est alors aux alentours du 1er siècle avant notre ère.

La Loire et le Roussillon

L’abricotier se diffusera ensuite lentement pour envahir le bassin méditerranéen de la Turquie à l’Espagne, la Grèce, la Syrie, passant par le sud de la France. L’entrée dans notre pays s’est faite par deux voies, avec deux types différents, la première en provenance d’Italie et de Naples au XVe siècle et le roi René d’Anjou. La seconde en provenance d’Espagne par le Roussillon (le nom d’abricot vient de son nom catalan) entre le 8e et le 17e siècle. Mais il faudra encore attendre plusieurs siècles avant de voir se développer les cultures.

Passion

Si la légende prétend que l’abricot était présent dans les jardins suspendus de Babylone, ce n’est pas la seule histoire qui court à son propos. Attaché à la figure de la féminité, il est associé à Vénus la déesse de l’amour. Il se dit même en Espagne, qu’une femme devient irrésistible et enflamme la passion alentour pour peu qu’elle mette des fleurs et des feuilles d’abricotier sous ses jupes. De passion il était question durant la révolution française, Abricot fut le nom donné au 13e jour du mois de Thermidor. Et c’est à André Chénier, le poète, que l’on doit ces vers si juste: »Voir l'abricotier naissant, sous les yeux d'un beau ciel /Arrondir son fruit doux et blond comme le miel ». De quoi nous propulser alors que l’hiver bat son plein, vers l’envie de sentir céder la chair juteuse de l’abricot entre nos dents, le jus couler entre nos lèvres et parfois en dehors.