Retour

17/06/2016

Coup d'œil sur le Paléo

Coup d'œil sur le Paléo

Il en est ainsi chaque fois, le progrès et ses bonds spectaculaire génère des mouvements de réaction ou réactionnaire qui vont s’ancrer dans l’avant. L’avant, parce que l’avant c’est toujours mieux, aussi bien qu’est bonne l’herbe convoitée par l’âne dans le champ de l’autre côté de la clôture. Le régime Paléo qu’O’cbon vous propose en livraison est une réaction au développement de l’alimentation moderne et de sa sophistication, de la multiplication des process et la complexité des aliments moderne. Le postulat est simple : Nos ancêtres d’avant l’histoire étaient robustes, leur alimentation était simple et ils ne semblaient pas concernés par la foule de maladies qui nous guette aujourd’hui. C’est en tout cas ainsi qu’il fut présenté l’anthropologue au milieu des années quatre-vingt. Ce régime qui privilégie les aliments simples, protéines en quantité, glucides et fibres, exclu les aliments transformés, qui n’étaient pas connus au paléolithique comme le lait, les céréales (domestiquées bien plus tard), le sucre raffiné, le sel, les huiles… O’cbon travaille avec un nutritionniste pour vous proposer les menus paléos les plus complets et les plus équilibrés (voir les menus).

Visionnaire ?

Et si le régime paléolithique était aussi une affaire montpelliéraine et non anglo-saxonne, dans la lignée des travaux de S. Boyd Eaton et Lorain Corden qui ont théorisé cette diète. Peu s’en souviennent mais un écrivain délicat, et célèbre entre les deux guerres mondiales, vécu à Montpellier, à la Tuilerie de Massane. Joseph Delteil est peut-être l’inventeur sans le savoir de la cuisine paléolithique. Dans un ouvrage publié par Robert Morel en 1964, sobrement intitulé « la cuisine paléollithique », Delteil explore et donne à imaginer un retour à la cuisine des débuts, celle qui implique de brûler la forêt pour faire cuire le lapin. Qu’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas un livre de recettes qu’il nous propose, mais une aventure littéraire et intellectuelle sur le retour aux sources, comme une prémonition des ambitions des diététiciens modernes !