Retour

19/03/2016

De l'authentique bien moderne.

De l'authentique bien moderne.

Elle est l’incarnation du printemps, celle qui arrive, grâce à la culture sous abris vers la mi-mars pour envoyer nos rêves direct vers les saveurs estivales. La Fraise des Fraise ! Tellement bonne qu’on la croirait sortie de l’histoire même de la fraise, avec un goût d’authentique qui aurait plu à Pagnol, qui sait. L’affaire est toute autre. La Gariguette, n’en déplaise aux esthète, est de facture récente et c’est une création de la génétique moderne. Entendez la patiente sélection et les croisements successifs entre variétés. Rien d’autre que ce qui se fait depuis que l’espèce humaine a compris qu’on pouvait améliorer les variétés en dirigeant leur reproduction il y a près de 10 000 ans en Mésopotamie.

Une fraise de labo

La Gariguette donc est née dans un laboratoire de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) à Avignon sous la houlette d’une chercheuse, Georgette Risser.Lorsque les labos se saisissent de la sélection de la fraise, dans les années soixante-dix, il y a le feu dans la fraisiculture française. L’Espagne et l’Italie ont déboulé sur le marché avec des variétés moins chères et très précoces en saisons. En France, la virose qui sévit depuis le sortir de la deuxième guerre mondiale a notablement affaibli les variétés. Le mode de culture lui même, souvent les même sols d’année en année, n’aide pas à maintenir une productivité suffisante, c’est grise mine dans la production.

Un franc succès

La Gariguette tiendra le rôle de phœnix. Avec son goût si particulier, elle justifiera le surcoût avec la production espagnole sur le même créneau super précoce. C’est en tout cas l’analyse que feront les producteurs du Lot-et-Garonne, dans la région d’Agen et de Marmande qui seront les premiers à croire à cette variété et à la planter en masse. Damant le pion aux producteurs d’Avignon à qui elle était destinée et qui la trouvèrent alors trop petite et difficile à ramasser. Elle sera bientôt la variété la plus cultivée en France avant l’arrivées de nouvelles variétés mieux adaptées à la longueur du calendrier. Mais nous en parlerons un autre jour. En attendant, elle reste le fruit qui annonce le printemps en libérant tout contre nos papilles les premiers sucres parfumés de l’année ! Et a donné des idées à la recherche puisque le filon de la sélection sur le goût reste une des caractéristiques des variétés françaises créées depuis lors.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l'article de Valérie Péan sur le site de la mission Agrobiosciences et plus généralement sur la fraise la page Wikipedia qui lui est consacrée.